Dossier : pour une écologie du mammouth

L’été tire à sa fin et les cartables reviennent sur le devant de la scène. EcoRev’ ne pouvait pas rater ça ! Nous allons donc parler d’éducation et de formation. Après le consensus mou des années 80 ("éduquons, éduquons, il en restera bien quelque chose"), sur fond d’illusion de démocratisation, de vœux pieux et de propos rassurants, les fanfaronnades de Claude Allègre, si déplaisantes qu’elles aient été, avaient au moins le mérite de jeter quelques pavés dans la mare, que Jack Lang, expert en mesures symboliques mais peu engageantes, se garde bien de remuer. Pourtant, l’exigence d’un vrai débat démocratique se fait de plus en plus pressante, comme en témoignent la place grandissante des Sciences de l’éducation dans le paysage politique ou les nombreux colloques, commissions et autres journées de travail que les différents partis commencent à mettre en place. Éduquer d’accord, mais pour qui et pour quoi ?

EcoRev’ s’inscrit dans ce mouvement en s’efforçant, dans un premier temps, de dresser un panorama des enjeux et des questions. Quelles valeurs, quelles pratiques, quelles adaptations aux mutations en cours existent aujourd’hui, sous quelles formes, avec quelles conséquences ? Quels choix deviennent nécessaires ? Que savons-nous de l’existant, du probable et du possible ? Disons-le clairement, l’écologie du "mammouth" reste à construire : penser collectivement et pour 13 millions de jeunes, voire quelques dizaines ou quelques centaines de millions si l’on veut s’ouvrir à une perspective européenne ou planétaire, une éducation respectueuse (et donc consciente des limites) de soi, des autres et de l’environnement ne se fait pas en 5 minutes.

Pas de discours miracle ni totalisant donc, mais quelques solides points de vue sur les valeurs à défendre (Lyne Rossi), la notion d’éducation permanente (Bernard Liétard), le militantisme pédagogique aujourd’hui (Luc Bruliard), le collège et au-delà, l’ensemble du système éducatif (compte-rendu d’un colloque organisé par Jean-Paul Russier et la commission "éducation" des Verts dans le cadre des EGEP), la mondialisation, dans sa version libérale (Nico Hirtt) ou transculturelle (Christoph Wulf), la dérive publicitaire en direction des enfants (Nelly Ruscassié) ou les enjeux de l’éducation d’après-demain (Jacky Beillerot).

La rédaction


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 6 mai 2005

Publicité à l’école : quelle loi ?

Depuis 1936, toute publicité, toute incitation commerciale est proscrite dans les établissements scolaires. Plusieurs circulaires datant de 1952, 1956, 1963, 1967, 1970 et 1976 confirment le principe de neutralité commerciale de l’école. "En aucun cas et en aucune manière les maîtres et (...)