L’UCIES (Université citoyenne pour l’initiative écologique et solidaire) pour l’animation écologique du Forum social Européen de Paris-Saint-Denis en novembre 2003

 janvier 2003
par  Michel Bourgain
popularité : 10%

Du 13 au 17 novembre 2003, le deuxième Forum Social Européen, déclinaison
continentale du forum social Mondial de 2004, sera accueilli à Paris-Saint-Denis. Des dizaines de milliers de personnes convergeront de toute l’Europe
pour mettre en commun leurs expériences et réflexions en vue de consolider
les réseaux d’action, en mesure de résister à la dérive libérale du
continent et de construire une « autre Europe », dans un « autre monde ».
Le choix de Paris-Saint-Denis est emblématique. Le rayonnement de Paris
assure l’événement d’une notoriété certaine. L’ancrage populaire de Saint-
Denis place le Forum dans le bouillon des souffrances, des résistances et
des créations des banlieues du monde.

Social et écologie, même combat

Dans l’arrondissement de Saint-Denis, le taux de chômage atteint près de
20%, celui du nombre d’allocataires du RMI est parmi les plus élevés de la
région. Les revenus des familles sont inférieurs de près d’un tiers à la
moyenne de l’Île de France. Combien de personnes en situation précaire, de
femmes isolées, de familles déchirées ? Plus d’un tiers des nouveaux-nés en
banlieue sont atteints de bronchiolite. Le tissu urbain est lacéré par les
autoroutes ; l’air est irrespirable ; les sols sont pollués, et le bruit
stressant. Pour trop de personnes accablées, le travail est précarisé, le
poulet aux hormones, la cité est insécurisée et les loisirs lofstorisés.
Quelles passions hantent les rêves des jeunes harcelés par Nike, Macdo, le
star-système, le foot-business, Nitendo et le cynisme des élites ? Dans
cette banlieue, dans toutes les banlieues populaires d’Europe et du monde
l’injustice environnementale s’ajoute aux souffrances sociales. Victimes de
l’exploitation économique, de l’oppression sociale, de la dégradation
environnementale, de la tyrannie publicitaire, même combat !

Ecologiser le Forum social européen

La grande majorité des personnes considèrent que les questions
environnementales sont des questions de société. Mais les contraintes
financières, les routines de la vie quotidienne, les fortes résistances
culturelles ainsi que les choix restreints les poussent à opposer encore
trop souvent amélioration sociale et respect des équilibres
environnementaux. En masse, elles condamnent la vache folle et les OGM mais
combien mangent bio ? Le déluge provoqué par le réchauffement climatique
frappe les plus vulnérables mais les déplacements à pied, en vélo, en
transport en commun sont vécus comme une galère. Les déchets nucléaires
sont rejetés pour leur danger infini mais l’énergie est gaspillée.
L’exploitation des enfants du sud par les multinationales est dénoncée mais
les jeunes d’ici sont abandonnés à la manipulation par les marques. Comment
dénouer ces contradictions ? Comment combattre cette schizophrénie
culturelle ? Comment arrêter la course folle à l’auto-destruction ?
A Florence, la formidable mobilisation des jeunes a centré ses échanges sur
les voies et moyens de résister à la pauvreté, à la précarité, aux
exclusions, à la guerre. L’approche écologique, appréciée dans sa dimension
logistique, a été moins globale qu’à Porto Alegre. En prenant appui sur ces
expériences, la contribution de l’écologie à la construction collective
d’une autre Europe dans un autre monde peut être améliorée lors du rendez-
vous de Paris-Saint-Denis.
Nous, passionnéEs, acteurs, promoteurs, militants de l’approche écologique
sur différents terrains pouvons saisir cet exceptionnel rassemblement de
personnes, de talents, d’engagements pour partager les enjeux
civilisationnels que porte notre mouvance. Le FSE se tiendra en plein débat
sur la future Constitution européenne. La ré-orientation écologique de la
construction européenne, aujourd’hui essentiellement marchande, nous invite
à développer les échanges entre citoyens européens.

Lors du Forum de Paris-Saint Denis, ces objectifs peuvent être engagés sur
au moins trois registres :

1. Ecouter le foisonnement d’aspirations, de sensibilités et
d’initiatives impliquées face aux urgences et aux contradictions que
met au menu la vie quotidienne. Contribuer au dialogue constructif
entre les préoccupations sociales et environnementales pour les
convergences solidaires à construire . Cette posture mérite d’être
active au sein de l’ensemble des forums, conférences et ateliers que
nos partenaires mettront en place.

2. Contribuer pratiquement à ce que la logistique du Forum (transport,
hébergement, alimentation, loisirs, interventions culturelles)
concrétise les engagements écologiques, solidaires et équitables des
participantEs.

3. Organiser des conférences, des séminaires et ateliers d’initiative
écologique, résolument tournés vers la vie quotidienne. Par quelles
voies et moyens peut-on dénouer la contradiction ressentie par le plus
grand nombre entre le nécessaire économique et le superflu
écologique ? Comment stimuler des décisions publiques et des
comportements privés articulant les urgences de la survie immédiate et
l’impératif écologique de plus long terme ? Provoquer des échanges
entre les expériences, les bonnes pratiques et leurs porteurs
européens.

Pour cela, nous, soussignés, lançons un appel à tou-te-s les écologistes
dans leurs diversités, citoyens, associatifs, scientifiques, politiques,
artistes de toutes disciplines, pour préparer, en lien avec la dynamique
collective, l’animation écologique du prochain Forum social Européen.
A cet effet, les soussignés lancent, début 2003, l’UCIES, l’Université
Citoyenne pour l’Initiative Ecologique et Solidaire. Symboliquement,
l’UCIES sera basée à l’Île-Saint-Denis, en milieu populaire, au croisement
du territoire d’accueil du Forum Social Européen et de pratiques
écologiques et solidaires enracinées depuis des années. Cette initiative
d’éducation populaire appliquée, se construira à travers le croisement de
trois sensibilités : l’approche rationnelle des intellectuels, des
scientifiques et des techniciens ; l’approche sensible des artistes et
l’approche concrète des experts du quotidien, citoyens, consommateurs,
travailleurs. Quelques préoccupations essentielles de la vie quotidienne de
millions de personnes ( par exemple l’alimentation et la santé ; les
transports et la pollution ; l’éducation créatrice d’humanité ; la sécurité
du quotidien ; l’Europe du vivre ensemble ; le métissage Nord/Sud.) seront
décortiquées en vue de la construction et de l’appropriation de savoirs et
de pratiques écologiques populaires. A raison du traitement approfondi
d’une question lors d’un RDVmensuel, au prix d’un effort soigné d’écoute et
de pédagogie, d’un travail méthodique d’enquête, de mobilisation et de
techniques adaptées de communication, une dynamique d’écologie populaire
peut s’affirmer. Elle sera en mesure de contribuer à l’animation
écologique du Forum Social Européen de Paris-Saint-Denis sur le double
registre des transformations culturelles durables à engager et de leur mise
en ?uvre immédiate dans la logistique du Forum (alimentation bio, gestion
économe des ressources, transports propres, culture festive, atelier et
forum participatifs).


Commentaires  forum ferme