Demain le monde ; Yancuic le valeureux

mercredi 21 mai 2008
par  Aude Vidal
popularité : 11%

DEMAIN LE MONDE, Philippe Godard (texte), Elisabeth Ferté et Vincent Odin (illustrations)
YANCUIC LE VALEUREUX, Fabrice Nicolino (texte) et Florent Silloray (illustrations)

Rappelez-vous, 2007, l’année où l’on découvre
l’écologie : Nicolas Hulot, Al Gore permettent au
grand public de s’inquiéter enfin de l’effet de serre
ou de la biodiversité. Côté édition jeunesse, on ne
laisse pas passer l’occasion de ce surgissement
médiatique, et les nouveautés du documentaire jeunesse
ont souvent à voir avec le "développement
durable". Souvent orientés vers "les gestes pour
sauver notre planète", ces bouquins mettent en
scène l’éco-citoyenneté. Parfois de manière assez
fine, quand une double page "au supermarché" voit
commenté chaque point noir : surgelés, produits
suremballés, surconsommation de viande, etc. Mais
toujours de façon partielle, car l’éco-citoyenneté
est justement un concept qui refuse une compréhension
globale des problèmes écologiques. Mis de
côté les enjeux de l’inégalité ou de l’organisation
sociale, il ne reste plus qu’une unanimité de bon
aloi. Aussi le simplisme relatif de ces titres n’est-il
pas dû uniquement à la volonté de s’adresser à un
public très jeune.

Philippe Godard propose des documentaires pour
un lectorat plus âgé, pré-ado ou ado. Cela lui permet
de présenter l’écologie comme une idéologie à
part entière, dans son opposition à une autre idéologie,
le productivisme. Son Dico de l’écologie (La
Martinière, 2006) ne présente donc pas que des
entrées sur des sujets techniques (énergie, déchets,
climat, etc.), mais aussi des figures de l’écologie,
théoriciens ou acteurs politiques.
Demain le monde, sans se réclamer explicitement
de l’écologie, présente sous une forme quasi-encyclopédique
les difficultés auxquelles seront
confronté-e-s plus que jamais le monde et ses habitant-
e-s. Problèmes environnementaux, mais aussi
sociaux (démographie, inégalités, migrations,
guerres, etc.) ou géopolitiques. Ces trois parties,
très équilibrées, de l’ouvrage, sont complétées par
des questions de l’auteur sur des sujets qui lui tiennent
à coeur. Citons : "Demain, le travail sera-t-il
encore nécessaire ?", qui aborde le choix nécessaire
entre fuite en avant de la production/consommation
ou réduction du temps de travail. Ou encore "La
vitesse nous fait-elle gagner du temps ?", question
paradoxale que l’écologie a su poser au monde
devant les exploits techniques de la vitesse et de la
simultanéité.
Le livre est d’une lecture très agréable mais on suggère
plutôt la consultation régulière. 200 pages
maquettées de manière dynamique, avec des dessins
pleins d’humour, où l’on rebondit sans cesse
d’un encadré à un texte bien rythmé, en passant par
quelques cartes, tableaux ou schémas.
L’engagement et la précision du propos se rejoignent
dans une volonté de faire savoir, de faire
comprendre, quelque soit l’âge de la vie.

Fabrice Nicolino, dont on connaît les ouvrages les
plus récents sur les pesticides ou les agro-carburants
 [1], investit le domaine de la fiction pour faire passer
ses préoccupations écologistes. Son héros
Yancuic est un jeune garçon qui vit dans la forêt
amazonienne au moment où les premiers hommes
blancs pénètrent le continent sud-américain.
L’histoire ne se joue pas autour de cette rencontre,
mais autour d’un défi, dont l’enjeu est Sarilou, un
petit singe dont Yancuic a su gagner l’amitié. Le défi
perdu, Sarilou devient la propriété d’un autre enfant,
cruel et violent, qui le laisse mourir, jusqu’à ce
que... Le récit des malheurs du petit singe est touchant,
et peut nous engager à nous demander si
nous éprouvons de l’empathie pour l’animal, ou
pour l’enfant qui l’aime ; quels devoirs nous avons
envers les animaux. L’interrogation de notre rapport
à la nature est subtile, étroitement mêlée à la fiction et jamais prise en charge directement par l’auteur.
Plutôt qu’à un formatage des futurs éco-citoyens, ce
genre d’ouvrage participe à la formation culturelle
et sensible d’une génération ouverte sur les questions
d’écologie.

Aude Vidal


[1Pesticides : Révélations sur un scandale français,
avec François Veillerette, Fayard, 2007 ; La
Faim, la bagnole, le blé et nous : Une dénonciation
des biocarburants
, Fayard, 2007