Le méthanol

vendredi 9 septembre 2005
par  Marc Robert
popularité : 6%

Le méthanol, de formule brute CH3OH, actuellement synthétisé à partir de syngas (mélange gazeux de CO et de H2) produit avec des ressources fossiles, peut également être obtenu par oxydation directe du gaz naturel (méthane CH4), par réduction du dioxyde de carbone atmosphérique CO2 en présence d’hydrogène, ou encore en utilisant le syngas ou le biogaz issu de la biomasse. Liquide à température ambiante, le méthanol est plus facile à stocker que l’hydrogène. Le méthanol constitue un bon carburant pur ou mélangé à l’essence traditionnelle, et peut être utilisé sous forme de DME (di-méthyl éther, formé de la condensation de 2 molécules de méthanol) dans les moteurs diesel. Il peut également être utilisé seul dans des piles à combustible (DMFC, Direct methanol fuel cell), développées au Loker Hydrocarbon Research Institute en collaboration avec le Jet propulsion laboratory (California Institute of Technology, USA). Dans ce type de pile, le méthanol est directement oxydé en présence d’air pour donner de l’eau et du CO2, et produire de l’électricité. La pureté du méthanol permet de ne produire ni d’oxydes d’azote, ni d’oxydes de soufre, pas plus que de gaz organiques réactifs, polluants majeurs des moteurs automobiles. La quantité de CO2 produite est environ divisée par deux en comparaison de ce que l’on obtient classiquement dans les moteurs à combustion. Les applications sont nombreuses, pour l’alimentation des téléphones portables ou des ordinateurs, pour les futurs scooters et voitures électriques, ou bien encore pour toutes les applications et dispositifs nécessitant de grandes quantités d’électricité. On peut également transformer le méthanol en éthylène ou polypropylène, deux composés de base de l’industrie des matériaux aujourd’hui issus du pétrole, ou encore en diesel de synthèse extrêmement pur.
Contrairement à l’hydrogène, le méthanol constitue un moyen simple et efficace de stockage de l’énergie, son utilisation est moins contraignante même s’il est toxique comme le sont les carburants actuels, et son utilisation massive ne nécessiterait pas d’investissements lourds en infrastructures, là aussi à l’inverse de l’hydrogène. Alors "l’économie méthanol", une solution miracle à la crise énergétique ? Certainement pas, mais une technologie plus prometteuse que l’hydrogène et qui permettrait de réduire notablement les rejets de CO2 dans les transports.

Marc Robert


Commentaires  forum ferme

Logo de Xavier de la Taille
mercredi 1er mars 2006 à 19h20 - par  Xavier de la Taille

Pouvez-vous expliquer le bilan énergétique de la production/consomation de méhanol selon les diverses filières ?
Xavier de la Taille
taillexav@free.fr

samedi 25 février 2006 à 21h51

"il faudrait définitivement arrêter de fantasmer sur des solutions technologiques pour s’interresser aux vrais questions (d’ordre politique) : quelles sources d’énergie primaire sont "soutenables" ? quelles politiques de maîtrise de la demande sont envisageables sans révolution, surtout dans les transports ? "

Oui arréte de fantasmer sur la cométe et donne tes solutions.
ça fait plus de 20 ans que les partis politiques existent. Ou sont les solutions ?

Si la politique faisait marcher les voitures, ça se saurait.

samedi 25 février 2006 à 21h47

"A partir de biomasse agricole avec des pesticides et des engrais de synthèse issus de l’industrie pétrochimique, gourmands en énergie ? Avec des arbres génétiquement modifiés ?"

Pour ne plus polluer, la solution : arrétons l’agriculture en France et importons tout de Chine.
plus d’engrais, plus de pesticides tout propres.
euh, comment va t’on importer tout ça de Chine ?
bien, avec du petrole !

Site web : biomethane
Logo de fox.x
lundi 21 novembre 2005 à 22h38 - par  fox.x

Il faut bien commencer par quelque part.Si tout ce passe bien,dans dix ans,Quinzes ou meme dans cinquante ans,toute ces grosses machines fonctionneront aussi au methanol ou au methane ou a l’hydrogene.Et meme les centrales electrique seront propres !!

Au debut des forage et extraction du petrole aussi,on s’est dit "on en aurra jamais assez,il faut continuer a chercher du charbon....".

Ca me ferait mal au coeur de dire a mes petits enfant ;"On le savait mais on a pas eu les cou...es de se lancer..."

Logo de Ni(oW
mardi 11 octobre 2005 à 11h29 - par  Ni(oW

Mouais avec des idées aussi positives que les votres le pays ne s’ameliorerait pas beaucoup...Il n’y a pas de solution miracle...certes toutes les nouvelles bioenergie ne sont pas aussi fantastique que le gouvernement ou certains médias veulent le faire croire cepandant elles permettent une evolution...et il faut y voir un pas indispensable pour aller de l’avant.
On n’a rien sans rien, et comme dit mamie : "on ne fai pas d’omelette sans casser des oeufs" !

Logo de jp
lundi 26 septembre 2005 à 09h59 - par  jp

Et ta Jeep, elle en consomme de l’énergie primaire soutenable ??! Un "4x4’s man" défenseur d’une production d’énergies renouvellables à partir d’énergies renouvellables... la blague du jour !

Sans pétrole ni nucléaire, adieu les solutions non polluantes...

On consomme du pétrole et des engrais pour la production de biocarburants ? Et alors ?

Les éoliennes ne sont pas posées à main nues... mais bien souvent avec des gros hélicos qui consomment 90 litres à l’heure.

Les trous pour la géothermie ne sont pas creusés à la pioche... mais par des gros engins à 45 litres/Km.

Les panneaux solaires ne sont pas élaborés dans des usines high-tech alimentés en électricité solaire... mais par nos centrales nucléaires.

Alors la provenance du méthanol, on s’en tape un peu... étant donné qu’aucune solution écologique n’est soutenable.

Qui aujourd’hui possède les moyens financiers peut remplir son réservoir de biocarburants non subventionnés ? Ceux qui roulent en Jeep le peuvent assuremment, mais les autres qui regardent plus loin que le bout de leur nez...

vendredi 23 septembre 2005 à 13h06

D’accord c’est très bien le méthanol pour mettre dans son réservoir, sans doute plus pratique que l’hydrogène qu’on a du mal à confiner pour des "utilisations mobiles" (ma jeep par exemple). Mais cela ne nous dit pas avec quoi on le produit . A partir d’électricité nucléaire via l’hydrogène ? A partir de biomasse agricole avec des pesticides et des engrais de synthèse issus de l’industrie pétrochimique, gourmands en énergie ? Avec des arbres génétiquement modifiés ?

J’ai l’impression qu’à l’heure où l’interêt pour le nucléaire revient en force un peu partout sur la planète (cf. la construction de l’EPR en Finlande, le bras de fer UE-Iran ...) avec en plus la perspective, bien réelle, d’une alliance lobby nucléaire-lobby pétrolier (TotalReva ça donne des frissons dans le dos non ? cf. à ce sujet l’article de Bauquis et Babusiaux dans le Monde Diplo de Janvier 2005), il faudrait définitivement arrêter de fantasmer sur des solutions technologiques pour s’interresser aux vrais questions (d’ordre politique) : quelles sources d’énergie primaire sont "soutenables" ? quelles politiques de maîtrise de la demande sont envisageables sans révolution, surtout dans les transports ?
Sinon on va s’entendre dire par l’automobiliste moyen qui ne veut pas voir plus loin que le bout de son réservoir : " Mais on peut passer à l’hydrogène (remplacer par méthanol/électricité/ hybride au choix) ?"

Rep